Elections présidentielles

Convention républicaine de septembre 2008 (Photo Library of Congress)
Convention républicaine de septembre 2008 (Photo Library of Congress)

Les élections présidentielles se déroulent en plusieurs étapes, qui vont du début de l’année au mois de janvier de l’année suivante. Elles commencent par la désignation de délégués à l’échelon local lors des caucus et primaires, se poursuivent par les conventions nationales où sont désignés les candidats et où sont adoptées les grandes lignes des programmes politiques. Enfin, le Président et le Vice-Président sont élus sur le mode du suffrage universel indirect par le Collège des Grands Electeurs.

Primaires et caucus

Pour participer aux conventions nationales , des délégués ont été choisis au sein de chaque parti lors de conventions locales, caucus ou primaires. Ces manifestations se déroulent dans tout le pays dès le mois de février. En 1996, par exemple, le premier caucus s’est tenu le 12 février dans l’Iowa. On appelle Super Tuesday le mardi où se tiennent le plus de primaires et de caucus dans le pays le même jour. En 1996, ce jour était le mardi 12 mars.

Les caucus sont la réunion des membres d’un parti politique, qui choisissent leurs délégués à la convention de ce parti, organisée à l’échelon d’un Etat de l’Union. Les délégués y désigneront aux voix, le candidat auquel ils souhaitent voir conférer l’investiture de leur parti. En général, ils ont déjà indiqué le nom de leur favori mais ils ne sont pas tenus de voter pour lui lors de la convention. Le recours au caucus assorti d’une convention à l’échelon d’un Etat de l’Union est l’une des façons de désigner les délégués à la convention nationale d’un parti.

Les primaires sont un autre mode de sélection des candidats d’un parti, apparu au début du 20ème siècle. La première primaire a eu lieu en Floride en 1904. A cause du nombre important de primaires dans le même temps, il est presque impossible de faire campagne dans tous les Etats. C’est pourquoi la télévision comme les medias en géneral sont un relais important de la campagne. C’est également la raison pour laquelle les moyens financiers d’un candidat pèsent beaucoup dans ses chances de réussite.

Il existe deux sortes de primaires :

– Les primaires dites fermées, où seules les personnes qui se sont fait inscrire sur les listes électorales en se réclamant de ce parti peuvent prendre part au vote. Les électeurs inscrits sous les couleurs d’un autre parti ou comme indépendants ne sont pas admis à y participer. On évite ainsi que les sans-parti franchissent la ligne de démarcation (« cross over ») pour s’ingérer dans la désignation des candidats des partis. La plupart des primaires organisées par les divers Etats de l’Union sont fermées.

Les primaires dites ouvertes où tous les électeurs peuvent prendre part au vote sans distinction. On les appelle aussi « cross over primary ». Elles sont plus rares que les primaires fermées.

La primaire du New Hampshire est toujours très attendue car c’est la première de toutes : les résultats sont donc particulièrement révélateurs. Parmi les autres résultats suivis attentivement par les candidats, figurent ceux des primaires de Floride, Wisconsin, Oregon, Nebraska, Caroline du Nord, Texas, Tennessee,Massachusetts, Indiana et Pennsylvanie.

 

Conventions nationales

Les Conventions Nationales des deux partis majeurs (Démocrates et Républicains) se tiennent durant l’été de l’année de la présidentielle. Elles désignent les candidats (ticket) à la présidence et à la vice-présidence de chaque parti.

Avant la Guerre de Sécession, les conventions se tenaient dans de petits bâtiments, parfois même des églises et n’attiraient qu’une centaine de délégués et un minimum de spectateurs. L’information, circulant très lentement à l’époque, nécessitait la tenue de ces conventions dans des villes bien placées géographiquement dans le pays. Baltimore, par exemple, fut souvent choisie à cette époque. Chicago est devenue ensuite l’hôte privilégiée des conventions, en raison de l’expansion du pays à l’Ouest. Depuis 1860, 25 conventions nationales se sont tenues à Chicago.

Voici le déroulement d’une Convention Nationale :

– 1er jour : le leader du parti préside et donne un discours de présentation du programme
– 2e jour : adoption du programme
On détermine l’éligibilité des membres qui siègeront et seront amenés à voter après le rapport du comité. Les délégués à la convention votent sur le programme (plate-forme) de leur parti
– 3e jour : la nomination
Nomination de chaque candidat par les délégués, suivie d’un discours de présentation de l’élu par le porte-parole.
– 4e jour : sélection du Vice-Président
Le Président a choisi depuis longtemps son second et il s’agit plutôt d’une formalité. Ce choix obéit à plusieurs critères : unir toutes les tendances du Parti, faire contrepoids en choisissant un Vice-Président d’un Etat ou d’une région différente du Président.
La convention se termine par les discours d’acceptance du candidat à la présidence et à la vice-présidence.

Les Grands Electeurs

Les citoyens américains votent en faveur des candidats de leur choix à la présidence et à la vice-présidence, le scrutin a lieu le premier mardi qui suit le premier lundi de novembre, au cours de l’année des élections présidentielles.

Les candidats qui obtiennent le plus grand nombre de suffrages dans un Etat reçoivent généralement la totalité des voix dont bénéficie cet Etat au sein du Collège des Grands Electeurs. Le système des Grands Electeurs a été établi à la section 2 de l’Article 1 de la Constitution.

Le nombre des Grands Electeurs dont dispose chaque Etat est égal au nombre des élus de cet Etat au Congrès de Washington (soit deux sénateurs et un nombre de députés proportionnel à la population de l’Etat). En 1964, pour la première fois, on accorda trois Electeurs au District de Columbia, en vertu du 23ème Amendement à la Constitution. C’est pourquoi, on compte en tout un groupe de 538 Grands Electeurs, avec 100 Sénateurs et 435 Représentants.

Les Grands Electeurs se réunissent pour élire officiellement le Président et le Vice-Président le premier lundi qui suit le deuxième mercredi de décembre pendant l’année des élections présidentielles. L’élection a lieu à la majorité absolue, soit 270 voix sur 538. Les listes des votes des Grands Electeurs, certifiées et scellées, sont transmises au Président du Sénat, qui les ouvre lors d’une session exceptionnelle, le 6 janvier (ou le lendemain si c’est un dimanche) en présence des Représentants et des Sénateurs, pour quantifier les votes.

Si aucun candidat à la présidence n’obtient la majorité absolue, la Chambre des Représentants désigne le vainqueur parmi les trois candidats arrivés en tête, lors du vote au sein du Collège. Si aucun candidat à la Vice-Présidence n’obtient la majorité absolue , le Sénat désigne le vainqueur parmi les deux candidats arrivés en tête lors du vote.

Les partis politiques nomment leurs listes de Grands Electeurs lors des conventions politiques d’Etats. Un Electeur ne peut faire partie du Congrès ou être membre d’un bureau fédéral. Les Electeurs qui ont obtenu les meilleurs votes sont élus et se réunissent le premier lundi après le premier mercredi de décembre dans chaque capitale d’Etat ou sur le lieu précis désigné par la législature de l’Etat. Sur tous les candidats, les Grands Electeurs doivent au moins voter pour une personne qui ne vient pas de leur Etat. C’est la seule condition imposée par la Constitution.

Le 20 janvier, date fixée par le 20ème Amendement en 1933, le Président présente son discours d’investiture au peuple américain. On appelle ce jour Inauguration Day.

Financement

En 1992, la somme totale des dépenses relatives aux élections présidentielles s’élevait à environ 550 millions de dollars. L’époque où les sommes versées par les candidats et les contributions des personnalités en place suffisaient à financer la campagne est depuis longtemps révolue. Plusieurs lois ont donné petit à petit un cadre juridique aux budgets des campagnes présidentielles. Un premier pas est franchi en 1925 avec le Federal Corrupt Practices Act. Dans les années 70, une nouvelle série de réformes voit le jour, avec en particulier le Federal Election Campaign Act de 1971 (FECA) et le Revenue Act de 1971.

Le financement public joue un rôle important dans la campagne présidentielle, notamment par le biais de subventions et de prélèvements auprès des contribuables. En affectant une partie de leurs impôts au Presidential Election Campaign Fund, les citoyens américains permettent aux partis politiques de financer une partie de leurs conventions nationales très coûteuses.

Il faut ajouter que les restrictions légales mises en oeuvre par le Congrès et la Cour Suprême s’appliquent au financement public. Il est donc possible aux partis politiques de recueillir des fonds par d’autres moyens de financement, que ce soit par des initiatives indépendantes de particuliers ou de groupes dans la mesure où les contributions ne sont pas versées en coordination avec l’un des comités électoraux des candidats. Lors des grandes conventions nationales des partis, par exemple, les villes candidates n’hesitent pas à accorder des facilités financières aux visiteurs pour être choisies comme ville hôte.

Elections 2016

Les élections contribuent à la passation pacifique et organisée du pouvoir, qui s’effectue des citoyens à leurs représentants élus et des élus à leurs successeurs. La Constitution des États-Unis confère certains pouvoirs au gouvernement national (ou « fédéral ») et réserve les autres aux États fédérés et au peuple. Dans de nombreux pays, c’est le gouvernement national qui détermine les politiques d’éducation nationale et de santé. Aux États-Unis, cette responsabilité appartient en premier lieu aux cinquante États. La défense nationale et la politique étrangère, en revanche, sont du ressort du gouvernement fédéral. La Constitution stipule que chaque État doit se doter d’un gouvernement de forme républicaine. Elle interdit également aux États de violer certains droits énoncés spécifiquement (par exemple : « Aucun État ne saurait … priver une personne de sa vie, sa liberté ou ses biens en l’absence d’une procédure régulière ; ni refuser à quiconque relevant de son autorité une égale protection devant la loi »). Mais les États disposent par ailleurs d’un pouvoir considérable. Le système américain peut sembler compliqué, mais il garantit que les électeurs pourront faire entendre leur voix à tous les niveaux de gouvernement.

✪ Le guide des Elections américaines, PDF (Share America, 26 MB)

✪ Nuit Américaine à Paris: Suivez les résultats des Elections américaines en direct le 8 novembre 2016 à la Maison de la Radio et au Carreau du Temple

✪ Nuit Américaine Toulouse: les étudiants de l’ISEG twittent en direct avec le hashtag #isegnuitUS et les lycéens de Toulouse-Le Mirail sont en direct des Etats-Unis (Young Brains on the Road)

 Institut Franco-Américain de Rennes: Mercredi 9 novembre | 7h | Petit déjeuner spécial élections, Entrée libre et gratuite

✪ Webchats en live sur ShareAmerica’s elections page avec des spécialistes politiques en anglais, en arabe et en espagnol

✪ Le blog de Latifa Oulkhouir du Bondy Blog, partie aux Etats-Unis avec le soutien de l’Ambassade des Etats-Unis en France, pour suivre la dernière ligne droite de la campagne américaine et nous faire vivre l’élection présidentielle mardi 8 novembre 2016. Ses articles et billets sont publiés sur le Bondy Blog et sa couverture heure par heure est à suivre sur le site spécial du Bondy Blog, Bondy Blog US et sur son compte Twitter @LallaKhr !

✪ Comment se prépare une transition présidentielle aux États-Unis ? (Share America)

✪ Qui décide qui est le président des États-Unis quand les résultats sont trop serrés? Réponse et exemples tirés de l’histoire américaine (Share America)

✪ Curieux de voir comment les Américains voteront mardi ? [vidéo] (Share America)

✪ Télé, Twitter, Facebook : tout est bon pour suivre les débats… (Share America)

✪ Spots, caméras et élection : le rôle des débats présidentiels dans le monde (Share America)