Guerre Civile

National Archives and Records Administration -Photos de Mathew Brady
1861-1865

La tension entre le Nord et le Sud est flagrante mais la confrontation directe a jusqu’alors été évitée. Les élections présidentielles de 1860 viennent changer la donne. Les républicains remplacent les démocrates à la tête du pays; leur leader, Abraham Lincoln, hostile à l’esclavage, accède à la présidence des Etats-Unis. Plusieurs Etats décident de revendiquer une existence indépendante vis-à-vis du Gouvernement fédéral, ils font purement et simplement sécession et forment une Confédération présidée par Jefferson Davis.

Au mois d’avril 1861, la guerre est déclarée. Les premiers combats, opposant des troupes inexpérimentées dans les deux camps, se déroulent, en juillet, à Bull Run (près de la capitale fédérale). Les Sudistes l’emportent mais la défaite sert de catalyseur à l’armée du Nord ; Abraham Lincoln obtient des crédits du Congrès et l’autorisation de mobiliser 500 000 volontaires. Le Général McClellan est alors chargé de les former et d’en faire une armée à part entière.

Parallèlement, la flotte de l’Union prend le dessus et s’empare de la Nouvelle Orléans, le 1er mai 1862 ; la Confédération perd sa seule grande ville et son débouché sur le Mississippi. Apparaît un général jusqu’alors inconnu, Ulysses Simpson Grant, qui grâce à ses initiatives locales force le passage vers le Sud.

Le 6 juin 1862, les Nordistes sont maîtres de Memphis, point stratégique pour la Confédération. Tout semble perdu pour le Sud quand deux de ses généraux, Robert Lee et “Stonewall” Jackson, lancent une brillante opération en direction de Washington ; McClellan doit se replier, la guerre est relancée pour trois ans. Les rebondissements sont nombreux et le général Lee remporte une série de victoires. Abraham Lincoln décide de frapper un grand coup en lançant la Proclamation d’Emancipation des Esclaves ; néanmoins, le général Lee l’emporte encore à Fredericksburg, le 13 décembre 1862.

Une certaine démoralisation gagne le camp du Nord, mais une fois de plus, le président Lincoln est inébranlable. Il obtient du Congrès l’établissement de la conscription, ce qui entraîne une supériorité numérique du Nord sans précédent. Le général Lee essaie de contrecarrer cette supériorité, en tentant une percée vers Washington, Philadelphie et Baltimore, mais la chance n’est plus de son côté ; de plus, il a perdu son meilleur lieutenant, “Stonewall” Jackson et son adversaire Nordiste, le général George Gordon Meade, est aguerri.

L’assaut de Lee sur Gettysburg, en juillet 1863, est un échec. De son côté, le général Grant s’empare de la forteresse de Vicksburg, ultime obstacle vers le Mississippi ; après le Tennessee, les Nordistes se dirigent vers les Appalaches et prennent possession de Knoxville et de Chattanooga, en septembre 1863.

Au début de l’année 1864, la Confédération ne contrôle plus que les Etats de la côte atlantique. Dès lors, les généraux Nordistes Grant et Sherman vont se partager la tâche, le premier s’établit solidement devant Richmond et Petersburg alors que le second lance sa fameuse marche vers Atlanta (rendue populaire par “Autant en emporte le vent”). Après la Géorgie, frappée de famine en ce dur hiver, Sherman se dirige vers Savannah et remonte vers le Nord. Les troupes du général Lee sont exténuées ; il est amené à se rendre au général Grant, le 9 avril 1865 à Appomattox.

La guerre civile est terminée. Il faut désormais reconstruire l’Union. Assassiné cinq jours plus tard par l’acteur John Booth, le président Lincoln ne pourra pas mener à bien sa mission, mais sa suprême ambition, la réconciliation de tous les Américains, se réalisera.