Mike Pompeo et Alex Azar : notre réaction face au coronavirus protège les Américains

Health and Human Services Secretary Alex Azar, who is also Chairman of the President's Task Force on the Novel Coronavirus, speaks about the virus, Friday, Feb. 7, 2020, at Health and Human Services headquarters in Washington. (AP Photo/Jacquelyn Martin)

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 11 février 2020

Mike Pompeo et Alex Azar : notre réaction face au coronavirus protège les Américains

 

Le fait de mobiliser des ressources partout dans le monde afin d’aider d’autres nations à lutter contre la maladie est une démonstration de l’altruisme américain à son plus haut niveau.

Le premier devoir du gouvernement fédéral est d’assurer la sécurité de nos citoyens. Depuis que les États-Unis ont pris connaissance, le 30 décembre, de ce qu’on a appelé le nouveau coronavirus, les responsables de la santé publique des États-Unis surveillent de près la situation, et œuvrent afin de comprendre le virus et de prendre des mesures pour limiter l’exposition des Américains à cette maladie.

Notre force opérationnelle veille à ce que notre plan pangouvernemental de santé publique multidimensionnel dispose des ressources nécessaires pour protéger les Américains. Nous avons soigné les malades et retracé leurs voyages ainsi que leurs contacts afin de minimiser la propagation du virus. Nous avons travaillé rapidement pour dépister et recevoir en toute sécurité les voyageurs américains revenant de Chine, et pour exclure les voyageurs étrangers ayant récemment visité l’épicentre de l’épidémie.

Conformément au Règlement sanitaire international de l’Organisation mondiale de la santé, nos restrictions de voyage ont été conçues expressément pour compléter la politique du gouvernement chinois visant à isoler environ 50 millions de ses propres citoyens dans la province de Hubei. D’autres nations, comme l’Italie et la Corée du Sud, ont pris des mesures similaires.

Nos mesures en Chine

Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont eu que 13 cas confirmés de ce virus. Nous avons été attristés d’apprendre la semaine dernière qu’à Wuhan, en Chine, une Américaine de 60 ans est décédée. Mais nous maintenons notre vigilance pour protéger notre peuple. De plus, nous mobilisons des ressources dans le monde entier pour aider d’autres nations à lutter contre la maladie. C’est l’altruisme américain à son plus haut niveau.

Commençons par concentrer nos actions sur le pays où le virus est apparu pour la première fois, à savoir la Chine. Comme l’a dit le président Donald Trump, « Nous leur offrons une aide considérable ». Au cours de la première semaine de janvier, les centres de contrôle et de prévention des maladies ont proposé leur contribution afin de comprendre la maladie et d’aider à renforcer les mesures face au virus.

Le département de la Santé et des Affaires sociales a ensuite fourni à l’OMS une liste de professionnels de la santé de renommée mondiale prêts à déployer leurs compétences en Chine et à tirer les enseignements des efforts fournis par la Chine pour lutter contre ce nouveau coronavirus. Au cours de la dernière semaine de janvier, le secrétaire Alex Azar a personnellement offert son aide au ministre de la Santé Ma Xiaowei ; le secrétaire d’État Mike Pompeo a fait de même avec le conseiller d’État chinois Yang Jiechi. Nous espérons que la mission commencera immédiatement, que ce soit de façon bilatérale ou sous les auspices de l’OMS.

Nous avons également facilité la livraison de grandes quantités de fournitures médicales au peuple chinois. La semaine dernière encore, le département d’État a aidé à transporter 17,8 tonnes de matériel de secours à Hubei. Et plus d’aide continuera d’être offerte – les États-Unis sont prêts à débloquer jusqu’à 100 millions de dollars provenant de fonds existants du département d’État et de l’Agence des États-Unis pour le développement international afin d’aider la Chine et les autres pays touchés à contenir et à combattre le virus.

Alors que le département d’État a géré la logistique, les dons eux-mêmes ont été fournis par Samaritan’s Purse, Boeing, Intermountain Healthcare et l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, et coordonnés par une organisation non gouvernementale appelée Project HOPE. À maintes reprises, lorsque des maladies et des catastrophes se sont produites, le peuple américain s’est mobilisé pour aider les citoyens d’autres pays sans qu’on le lui demande. Les généreux dons caritatifs et groupes dévoués de la société civile que nous voyons consacrent l’intérêt du peuple américain vers son prochain.

Coopération avec d’autres nations

Ensuite, il y a les actions de l’Amérique pour aider les citoyens d’autres pays, au-delà de la Chine. Le personnel des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies basé dans plus de 60 pays travaille en étroite collaboration avec les ministères de la santé et d’autres partenaires de la santé, souvent en collaboration avec leurs collègues du département d’État et d’autres agences fédérales.

Par exemple, les États-Unis ont mis des kits de dépistage du coronavirus à la disposition de 191 laboratoires qualifiés dans le monde entier ; à ce jour, des laboratoires de 36 pays ont passé commande. Nous avons déployé du personnel pour former des professionnels de la santé dans 15 hôpitaux au Vietnam. Au Kenya, dans le cadre de notre force opérationnelle pour les maladies infectieuses, les experts en santé de l’ambassade des États-Unis à Nairobi, ont encouragé le gouvernement à recommander très tôt les meilleures pratiques en matière de de santé publique et de dépistage dans les aéroports.

Notre réaction rapide et efficace à l’étranger est facilitée par des partenariats que l’Amérique a soigneusement entretenus pendant des décennies – bien avant la dernière épidémie

Nous pensons que nos actions ralentiront la transmission du virus vers les États-Unis et au sein de ceux-ci et d’autres pays, consolideront nos liens d’amitié avec nos alliés et partenaires, et contribueront à sauver des vies en nous donnant plus de temps pour ajuster les mesures de préparation et mieux comprendre le virus.

Nous espérons tous que nos efforts concertés permettront de contrôler le virus et de l’affaiblir. Mais le monde n’a pas besoin d’attendre ce jour pour voir à quel point les États-Unis restent une puissance qui agit pour le bien, partout dans le monde.

Michael R. Pompeo est le secrétaire d’Etat et Alex M. Azar II est le secrétaire à la Santé et aux Affaires sociales. Suivez-les sur Twitter: @SecPompeo et @SecAzar

Cet article, dans sa version originale, a été publié par le quotidien américain USA Today. Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.