WHARTON, Edith (1862-1937) 

Edith Wharton (Image Library of Congerss)
Edith Wharton (Image Library of Congerss)

Écrivaine, née à New York City (New York), morte à Saint-Brice-sous-Forêt (France) 

Issue d’une famille aisée, Edith Wharton a épousé un banquier de Boston. Elle connait son premier succès avec la publication de Chez les heureux du monde en 1905. Les Wharton voyagent beaucoup en Europe à partir de 1906, et s’installent en France en 1907. Après son divorce en 1913, Edith Wharton conserve une résidence aux États-Unis, mais passe en fait le reste de sa vie en France. Elle habite, de 1907 à 1910, 3 place des États-Unis (16e), puis, de 1910 à 1920, 53 rue de Varenne (7e). Elle fréquente des écrivains français, tels que Marcel Proust, Anna de Noailles, André Gide et Jean Cocteau, ainsi que les Américains de passage, tels que Henry Adams, Theodore Roosevelt, et surtout son ami Henry James, qu’elle fréquente durant les douze dernières années de la vie de celui-ci. Pendant la Première Guerre mondiale, elle fonde les American Hostels for Refugees, collecte des dons, et visite les hôpitaux du front. Les récits de ses visites sont publiés dans un recueil intitulé La France en Guerre (1915). Elle est décorée de la Légion d’Honneur. Les mœurs françaises, compilation d’essais journalistiques écrits durant les deux dernières années de la Première Guerre mondiale, est publié en 1919. Son roman le plus célèbre, Le temps de l’innocence, est publié en 1920 et reçoit le Prix Pulitzer, le premier attribué à une romancière. En 1920, elle quitte Paris pour Saint-Brice-sous-Forêt, près de Paris, où elle a acheté le Pavillon Colombe. Elle passe également les étés à Hyères, dans le sud de la France, et y achète en 1927 le Castel Sainte-Claire. Pour les écrivains américains de la « Génération Perdue », elle représente la Grande Dame des Lettres, et l’épisode de l’invitation faite à F. Scott Fitzgerald de venir prendre le thé au Pavillon Colombe est resté célèbre. En 1934, elle publie son autobiographie, Les chemins parcourus. Elle décède chez elle, à Saint-Brice-Sous-Forêt, le 11 août 1937. Elle est enterrée au Cimetière des Gonards à Versailles.